Ukraine: après son retour, Mikheïl Saakachvili sous pression judiciaire

En Ukraine les suites du retour fracassant de Mikheïl Saakachvili, dimanche 10 septembre, se font sentir. Les autorités ont arrêté cinq personnes impliquées dans le passage en force de la frontière. Elles n’ont encore rien entrepris contre l’ancien président géorgien, qui tente de fédérer l’opposition au président Petro Porochenko. Les risques d’une escalade des tensions restent réels.

Avec notre correspondant à Lviv, Sébastien Gobert

On dirait un feuilleton de série B, avec de nombreux rebondissements mineurs et sans perspective de fin. La tension monte autour de Mikheïl Saakachvili et de ses partisans. L’ex-président géorgien s’est vu remettre une notification de suspicion pour son entrée illégale en Ukraine et pourrait être traduit en justice, peut-être extradé vers sa Géorgie natale.

Mikheïl Saakachvili affirme lui ne pas avoir commis d’infraction. Il conteste la décision du président Petro Porochenko de l’avoir déchu de sa citoyenneté et déclare se battre pour la défense de ses droits. Il accuse le président ukrainien d’autoritarisme et entend fédérer l’opposition autour de lui à Kiev.

Le pari est risqué, d’autant plus que l’affaire est mal perçue par l’opinion publique ukrainienne. Les arguments juridiques des uns et des autres ne sont vus que comme de simples prétextes à une guerre ouverte entre Mikheïl Saakachvili et Petro Porochenko. Un conflit de politiciens qui n’apportera sans doute pas de remèdes aux problèmes sérieux dont souffre le pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here