Parrainage : «Le seul dont la candidature est possible pour l’instant est celle du président Macky Sall»

ANNONCE

Si déclarer sa candidature est une chose plus ou moins simple, la faire valider par le conseil constitutionnel n’est pas si évidente. Atteindre la barre de soixante cinq mille (65 000) parrains devient aujourd’hui un casse tête, un filtre pour l’opposition. « C’est le flou le plus complet et il risque même d’avoir des surprises», selon Momar Seyni Ndiaye

Le journaliste et analyste politique spécule « qu’il existe de verrouillages dans le système du parrainage. Et aucun candidat ne sait s’il sera validé par le conseil constitutionnel. Il risque même d’avoir des surprises. Le seul candidat dont la candidature est possible pour l’instant est celle du président Macky Sall », a-t-il ajouté

Ce qui veut dire pour lui, que « beaucoup d’hommes politiques risquent de ne pas atteindre la barre des 65 mille signatures. C’est le flou le plus complet. Tous les autres sont aujourd’hui dans le doute« .

Malgré la barre très haute et le doute qui persiste, Momar Seyni se dit surpris par la multiplication des candidats qui nécessite de l’argent pour les signatures. « Le Sénégal est un pays où malheureusement les signatures vont s’acheter pour obtenir ces 65 mille signatures »

Poursuivant les explications , le journaliste de soutenir que le financement de la campagne « tourne autour de 600 millions FCFA ou 1 milliards FCfa pour les candidats qui sillonnent les 14 régions » sans compter l’entretien des militants pendant la campagne, la location des bus et les supports de communication.

Pour les candidats qui n’ont pas assez de moyens et veulent profiter des temps d’antenne pour faire passer leurs messages, il déclare que cela ne prospère pas pour atteindre la cible.

Pour rappel, conformément au nouveau Code électoral, tout candidat à la présidentielle doit recueillir des signatures de parrains entre 0,8 à 1% des électeurs inscrits sur le fichier électoral. Mieux, les candidats doivent collecter au moins 2000 signatures dans 7 régions du Sénégal.