Nigeria : L’importante décision de la Suisse concernant l’argent détourné par Sani Abacha

Le gouvernement Suisse a annoncé qu’il restituerait 320 millions de dollars qui auraient été détournés par l’ancien dirigeant militaire du Nigeria, Sani Abacha.

L’argent a été gelé en 2014 par un tribunal suisse après une procédure judiciaire contre son fils, Abba Abacha.

Initialement gardé au Luxembourg, il représente une fraction des milliards de dollars qui auraient été pillés durant son règne de 1993 à 1998. Récupérer cet argent a toujours été une préoccupation pour le Nigeria.

Lors de sa campagne présidentielle en 2015, le président Muhammadu Buhari a promis de restituer tous les biens volés, et récupérer cet argent sera un exploit majeur pour Buhari.

Bien qu’un accord pour remettre l’argent ait été signé en mars, le ministère nigérian de la Justice, la Banque mondiale et la Suisse ont eu des complications juridiques liées à la remise de l’argent volé par Sani Abacha.

Cependant, un accord définissant comment l’argent serait remboursé a été signé lundi par les trois parties au Forum mondial sur le recouvrement des avoirs (GFAR) à Washington, ce qui signifie que les fonds seront bientôt retournés au gouvernement nigérian.

Selon l’ambassadeur Roberto Balzaretti, chef de la délégation suisse au GFAR, le gouvernement a versé 700 millions de dollars au gouvernement nigérian au cours des 10 dernières années et 320 millions de dollars est le reste de l’argent qui devrait être remis dans les deux ou trois prochaines années.

« L’argent sera transféré à la Banque des règlement internationaux de Basile dans le compte du gouvernement nigérian », a-t-il déclaré.

« Il sera utilisé pour financer des projets qui renforceront la sécurité sociale pour les couches les plus pauvres de la population nigériane ».

L’argent sera versé par tranches et en petites quantités. Si le premier versement n’est pas correctement comptabilisé, les autres versements seront interrompus. C’est pour éviter que les fonds ne soient à nouveau volés.

« C’est la première fois que nous avons ce type d’accord trilatéral et nous sommes confiants que cela fonctionnera, et nous l’avons signé dans l’esprit de confiance que l’argent sera utilisé à bon escient », a révélé M. Balzaretti.

La Suisse a déclaré que l’accord était conforme à sa politique de restitution d’actifs illégalement acquis.

« La lutte contre la corruption est l’une des priorités de la Suisse », a déclaré le ministre suisse des Affaires étrangères Didier Burkhalter, ajoutant que cette mesure « devrait renforcer la sécurité sociale pour les Nigérians les plus pauvres ».