Ni au Pôle Nord, ni sur la planète Mars…

Commentant la plainte de l’opposition contre son régime, portant notamment sur la gestion des ressources du pétrole et du gaz, récemment découverts au Sénégal, le Président Macky Sall, dit des militants de l’Apr :   « Comment peut-on se réveiller et penser que l’on va donner le pétrole à «Massamba » ou  « Mademba ». J’ai entendu parler de plainte. Ils peuvent aller au pôle Nord porter plainte ou à la planète Mars. Mais, il faut que le débat soit sérieux et tienne la route. Et, quand on dit que le Sénégal a perdu des milliards parce que l’on ne nous a pas payé dans des transactions, c’est parce que l’on ignore comment fonctionne l’exploitation pétrolière. On ignore ce que dit la loi …».

Ce que le Président n’a pas dit à son public marron-beige, c’est qu’il y a déjà eu des transactions à coup de milliards, alors qu’aucune goute de pétrole ou de gaz n’est encore sortie de terre ou de mer. Il s’est agi, en réalité, d’attribuer un permis de recherche, d’exploration et de partage de production à une société, représentée alors par votre frère, laquelle société n’aurait pas rempli conditions requises jouir d’un tel privilège. Après un jeu de yoyo,  ladite société détentrice du permis, revend ses parts à British Petroleum ! On est presque devant un cas de délit d’initié ou d’un blanchiment de capitaux…Face au tollé d’indignation que cela a soulevé dans le pays, la transparence et l’absence d’impunité auraient recommandé de porter l’affaire devant la justice afin que lumière soit faite. A l’absence de tout cela, j’aimerai vous dire, Excellence Monsieur le Président de la République, que la vraie plainte ne sera déposée, ni au Pôle Nord, ni sur la planète Mars, mais devant le tribunal populaire qui tiendra sa première audience, le 30 juillet 2017 !

« J’ai entendu parler de plainte. Ils peuvent aller au pôle Nord porter plainte ou à la planète Mars. Mais, il faut que le débat soit sérieux et tienne la route. Et, quand on dit que le Sénégal a perdu des milliards parce que l’on ne nous a pas payé dans des transactions, c’est parce que l’on ignore comment fonctionne l’exploitation pétrolière. On ignore ce que dit la loi », dixit le Président Macky Sall, en s’adressant aux cadres de l’Apr, lors d’une cérémonie d’accueil de nouveaux transhumants !

Sur cette question du pétrole et du gaz, le président et l’opposition ne parlent pas le même langage. Autant le Président et les membres de son gouvernement qui interviennent sur la question,  se focalisent sur les règles et procédures d’attribution des permis de recherche et d’exploration ;  autant l’opposition évoque des pratiques douteuses ou des délits d’initiés, constatés lors de la conclusion de transactions et la  cession de parts de sociétés bénéficiaires de permis de recherche et d’exploration, dans des conditions douteuses où des personnes très proches du pouvoir sont souvent citées. Mieux, l’une de ces personnes objet de soupçons, étale une richesse insolente, acquise en un clin d’œil et s’adonne à  l’achat de consciences des potentiels électeurs et pratiquent un débauchage de militants de partis adverses, à coup de plusieurs millions de francs, de véhicules 4X4flambant neufs et de contrats d’embauche…Toutes choses qui auraient pu mettre en branle la machine de la CREI. Curieusement, jusqu’à l’heure où nous écrivions ces lignes, rien ne semble être fait dans ce sens ! Or, au Ghana voisin, il existe une commission de transparence et de responsabilité, par laquelle, les citoyens peuvent poser des questions et obtenir des réponses sur toutes transactions douteuses et réclament déréchef que les contrats et cession de permis se fassent via appel d’offres.

L’on comprend aisément, pourquoi des patriotes sénégalais se sont levés pour défendre, vaille que vaille, les ressources naturelles de ce pays où le pétrole et le gaz viennent de jaillir à flot. Il y a d’autant plus de raisons de le faire, quant on sait qu’en Afrique, le pétrole et le gaz n’ont enrichi jusqu’ici, que les seules familles des gouvernants et leurs proches. Tenez :

-Au Gabon, pays producteur du pétrole, Mme Pascaline Bongo Ondimba, fille ainée de l’ancien Président Albert Bernard, baptisé Omar Bongo Ondimba et sœur de l’actuel Président Ali Bongo Ondimba est la femme la plus riche du Gabon. Voilà un petit aperçu de son train de vie tel que décrit par un magazine spécialisé : « Le 10 août 2008, par exemple, une confirmation de commande décrit une longue escapade en groupe et par étapes de Pascaline Bongo et sa cour. Le Gulf Stream G555 décolle de Los Angeles, fait escale à Orlando puis sur la côte d’Azur, à Nice, d’où il repart pour Libreville (capitale du Gabon), et Paris avant de ramener ses passagers à Los Angeles( aux Etats-Unis). Coût du trajet : 632 930 dollars (près de 400 millions de francs Cfa)»!

-En Guinée équatoriale, autre pays pétrolier d’Afrique, le fils du Président Nguema Obiang, connu sous le pseudonyme de « Téodorin » est peint par la presse comme suit : « Nguema Obiang, connu pour ses grosses folies est un fidèle client du Crillon Hôtel, où il avait l’habitude de régler- en espèces- des factures de plus de 580 000 euros (Plus de 400 millions de francs Cfa). En 2005, il acquiert pour 25 millions d’euros, un hôtel particulier avenue Foch. Il a jeté son dévolu sur une bâtisse datant de 1890 d’une superficie de 4 000 m2, comprenant cinq étages avec ascenseur, appartements bourgeois et 101 pièces. De prestigieux architectes d’intérieur et des décorateurs se sont chargés, entre 2005 et 2007, d’exécuter ses désirs esthétiques et autres travaux pour un montant de 12 millions d’euros( Excusez du peu)… » !

Le frimeur Téodorin est actuellement poursuivi par la justice française, pour « Biens mal acquis ».

-En Angola, autre pays pétrolier du continent, la fille du président angolais, Isabel dos Santos, est présentée comme la fille la plus riche de tout le continent africain.  Elle trône aujourd’hui à la tête de la compagnie pétrolière nationale, en dépit des protestations de l’opposition. Elle se défend contre les attaques de l’opposition en ses terrmes:  « J’ai été cadre supérieure dans plusieurs sociétés en Angola, mon CV parle de lui-même », a estimé la PDG de la Sonangol, âgée de 43 ans et considérée comme la femme la plus friquée dans ce continent peuplé de gens appauvris.

Il s’ y ajoute, ce que la Lettre du Continent, nous a rapporté sur la signature récente du contrat avec Total, qui, semble-t-il était loin d’être la mieux offrante. Tout cela, pour dire, Monsieur le Président, que l’affaire est trop sérieuse pour être occultée d’un revers de main.

Le débat continuera d’être posé, aussi longtemps que les soupçons qui pèsent sur la tête de vos proches ne seont élucidés par la justice.

Comme vous le disiez naguère à vos frères du Pds : « Vous feriez mieux de chercher de bons avocats » !

En attendant d’en avoir le mandat le 30 juillet 2017, Mankoo Taxawu Senegaal, s’arrogera le droit, sinon le devoir, de dénoncer les spolieurs des ressources du peuple sénégalais et frénera les ardeurs de ceux qui prônent une 12 ème  législature-bis, soumise aux ordres d’un Exécutif boulimique, très peu soucieux des intérêts de la nation sénégalaise.

Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien Ministre

Militant du Grand Parti