LUTTE – LANCEMENT D’UNE PLATEFORME : Gris Bordeaux ternit l’évènement de Luc Nicolaï

Convié à une conférence de presse pour le lancement d’une plateforme de lutte, Gris Bordeaux est arrivé en retard, poussant Balla Gaye 2 à bouder l’événement. Ce qui a courroucé l’organisateur Luc Nicolaï qui dit prendre des dispositions pour éviter d’éventuels couacs.

Luc Nicolaï a bien raison de parler de “couac” pour qualifier l’événement qu’il avait tenu à organiser hier après-midi. Une conférence de presse pour lancer une plateforme en présence de Balla Gaye 2 et Gris Bordeaux, les deux futurs adversaires dont le combat a été ficelé par sa structure. La faute de cet échec au pensionnaire de l’écurie Fass. “Balla Gaye est arrivé à l’heure prévue, il est même arrivé avant moi. Donc il a respecté son engagement. C’est Gris Bordeaux qui est venu en retard, j’ignore les raisons. J’espère qu’elles seront valables. Mais on doit respecter tous ceux qui sont présents à ce rendez-vous”, s’est désolé le promoteur. Le 3e Tigre a informé que son véhiculé était tombé en panne en pleine autoroute à péage. Il a réitéré son professionnalisme, qui l’a d’ailleurs contraint à interrompre sa préparation en Espagne pour venir assister à cet événement. Il compte y retourner ce jeudi.

Le rendez-vous est fixé dans un hôtel sis aux Almadies (Dakar). Accompagné de son jeune frère Sa Thiès et d’autres proches, le Lion de Guédiawaye débarque vers 17h30. Vêtu de tee-shirt et de pantalon blancs, le fils de Double Less va s’asseoir sur le siège qui lui est réservé. On sent parfois son agacement d’attendre Gris. Il sort de la salle par moments. Pendant ce temps, les organisateurs tentent de meubler le temps. Las d’attendre son futur adversaire, Balla Gaye 2 décide de plier bagage à bord de son Range rover blanc. Il faisait 18h46. Juste après son départ, Gris se pointe. Balla ne reviendra pas. Visiblement très en colère, les organisateurs font une déclaration: “Nous ne pouvons plus accepter ce genre de comportement déplorable. Je pense que Gris Bordeaux a été ameuté pour rentrer au Sénégal pour assister à cette conférence de presse parce que c’est une nouvelle donne que nous sommes en train de développer.”

“a ne se reproduira plus”

Luc Nicolaï veut désormais parer à ce genre situation. “Aujourd’hui, nous allons mettre en place des mécanismes qui vont nous permettre, quand les lutteurs ne respectent pas les contrats que nous avons signés avec eux, de ne pas, nous également, respecter nos engagements vis-à-vis d’eux. Ce sera vice-versa. De toute façon, nous allons prendre nos responsabilités. Je sais que ce genre de situation ne se reproduira plus. Nous allons prendre toutes les dispositions pour contraindre les lutteurs à respecter leurs engagements”, a assuré le patron de la structure Luc and Co.

“On peut payer 300 millions à un lutteur”

Pour le promoteur de la Petite Côte, ce couac ne va pas les empêcher d’avancer dans leur ambition d’apporter des innovations dans la lutte sénégalaise, de “poursuivre leur démarche, qui est une démarche digne”. Cette innovation est la mise en place d’une plateforme Internet payante. “Nous ne le développons pas pour nous mais pour tout un peuple, pour tous les acteurs: lutteurs, journalistes… La lutte est un sport qui nous appartient, c’est un vecteur de stabilité et de stabilisation sociale”, a dit Luc Nicolaï. “Moi, je n’ai pas peur de me tromper mais je n’ai pas non plus peur d’essayer. Je vais essayer. Parce que vu la situation où se trouve la lutte, je pense qu’il y va de l’intérêt de tous de rehausser son image. Donc ça, c’est un couac. Parfois, quand Dieu essaie de bien faire les choses, on a l’impression qu’Il vous met les bâtons dans les roues. C’est Dieu qui l’a voulu ainsi”, a-t-il philosophé.

Avec la plateforme qui sera “bientôt” installée, les Sénégalais devront payer pour regarder un combat de lutte à partir de leurs téléphones ou autres appareils. La présentation a été faite par une équipe d’ingénieurs en analyses de système informatique. C’est pour cela que “ces gens vous disent qu’on peut payer jusqu’à 300 millions à un lutteur”, défend Luc. “J’ai déjà eu à payer 150 millions de cachet. Yékini et Balla Gaye 2 ne le démentiront pas.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here