La conférence de presse de Trump parasitée par un rapport explosif …

La conférence de presse de Trump parasitée par un rapport explosif …

PARTAGER

A neuf jours de son investiture, le Républicain tient sa première conférence de presse en tant que président élu des Etats-Unis.
Donald Trump a réagi : « Fausse information, chasse politique totale aux sorcières ! »

Conflits d’intérêts, relations avec la communauté du renseignement américain, composition du cabinet, attitude vis-à-vis des musulmans, Obamacare, mur avec le Mexique, Corée du Nord, Russie… A neuf jours de son investiture, le 20 janvier, les projecteurs se braquent sur Donald Trump, mercredi 11 janvier. Le président élu doit tenir sa première conférence de presse depuis son élection, et les sujets d’interrogation ne manquent pas.

L’exercice avait d’abord été programmé pour le 15 décembre, mais le Républicain avait finalement annulé le rendez-vous trois jours avant. Cette fois, le rendez-vous est fixé à 11 heures (17 heures à Paris) dans la Trump Tower, sur la Ve avenue, au cœur de Manhattan. C’est depuis ce même bâtiment de verre qu’il avait lancé, le 16 juin 2015, sa candidature à la Maison Blanche.

Ordre du jour bouleversé et informations non confirmées

A l’origine, Donald Trump avait prévu de présenter les initiatives qu’il entend prendre pour s’écarter de la gestion de son empire financier et éloigner les risques de conflit d’intérêts. Mais c’était sans compter sur la divulgation par les médias américains d’un document de 35 pages, composé d’une série de notes datées de juin à décembre 2016 et rédigées par un ancien agent du renseignement britannique, jugé crédible par le renseignement américain, pour le compte d’opposants politiques à Donald Trump.

Les notes détaillent notamment des informations sur des échanges de renseignements supposés pendant plusieurs années entre Donald Trump, ses proches et le Kremlin, dans les deux directions. Elles contiennent des informations présentées comme compromettantes sur Donald Trump, comme l’existence alléguée d’une vidéo à caractère sexuel avec des prostituées, filmée clandestinement lors d’une visite à Moscou en 2013 par les services russes dans le but d’en faire un moyen de chantage.

Selon ces médias, dont CNN et le New York Times, les chefs du renseignement américain ont présenté au président élu un résumé de deux pages de ce document, en même temps qu’ils lui détaillaient leur rapport, partiellement déclassifié vendredi, récapitulant l’ensemble des opérations russes de piratage informatique et de désinformation.

Lire aussi :   Les réponses à vos questions sur le rapport qui incrimine Trump

Trump tempête sur Twitter

Le président élu a immédiatement réagi. « Fausse information, chasse politique totale aux sorcières ! », a-t-il lancé dans un tweet rédigé en lettres majuscules et publié dans la soirée.

« La Russie vient de dire que ces informations non vérifiées payées par des opposants politiques étaient un mensonge complet et total, une absurdité absolue », a-t-il ajouté sur son compte Twitter mercredi en début de matinée, heure de New York.

Il a poursuivi en estimant que la façon dont il était traité était digne de « l’Allemagne nazie », ajoutant que « la Russie n’a jamais tenté de faire pression sur moi. JE N’AI RIEN A VOIR AVEC LA RUSSIE. PAS DE CONTRAT. PAS DE PRETS. RIEN DU TOUT ! », a réaffirmé M. Trump sur Twitter.

Ses partisans montent au créneau

S’exprimant sur NBC, Reince Priebus, le futur secrétaire général à la Maison Blanche, a affirmé que les informations relatives à l’existence d’un dossier russe sur Trump étaient « absolument nulles ». Les « ordures obscènes » contenues dans cette note « ne se sont pas produites », a-t-il ajouté.

PAS DE COMMENTAIRES

LEAVE A REPLY