« Khalifa Sall doit être demain à l’Assemblée nationale sinon… », Moussa Tine

Ce serait « assimilable à une forfaiture » si l’installation des députés élus prévue demain jeudi 14 septembre 2017, se fait sans Khalifa Sall. Moussa Tine qui parle ainsi ne manque pas de donner le cas de Barthélémy Dias en exemple.

Dans les liens de la détention alors qu’il était investi sur les listes de Benno Bokk Yakaar (BBY) lorsque Macky Sall venait juste de remporter la présidentielle de 2012, « le juge l’a libéré parce qu’il considérait que la loi électorale donnait une certaine protection à Barthélémy Dias. Il a pu battre campagne. Ensuite, il est allé à l’Assemblée nationale. Et, on ne l’a jamais attrait devant un quelconque Tribunal au Sénégal », dit-il.

Selon le membre d’ « Initiative 2017 », Khalifa Sall est en prison « parce que tout simplement il n’est pas du même bord que le président Macky Sall ». Pis, « non seulement, on ne le libère pas pour battre campagne mais aujourd’hui qu’il a été déclaré définitivement élu depuis le 14 août, on le garde encore en prison. Plus qu’un prisonnier politique, (le maire de Dakar) est un otage politique (qui est) tout simplement en séquestration », égratigne-t-il. Avant d’avertir : « Il doit être à l’Assemblée nationale jeudi sinon c’est assimilable à une forfaiture… ».