Jonction entre le Sames et le Cusems : Une marche nationale prévue le 23 janvier

Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) et le Cadre unitaire des enseignants du moyen-secondaire (Cusems) ont décidé d’unir leurs forces pour pousser l’État à respecter les engagements pris.

e front social est en ébullition avec la jonction du Sames et du Cusems qui ont décidé de s’unir dans leur face-à-face avec l’État du Sénégal. En effet, ces deux syndicats qui évoluent respectivement dans les secteurs de la santé et de l’éducation, ont, lors de leur conférence de presse de ce samedi, pris l’engagement de paralyser les systèmes éducatif et sanitaire si le Gouvernement ne respecte pas les accords qu’il a paraphés  avec eux.
Selon Dr Boly Diop, secrétaire général du Sames, depuis 2014 «le gouvernement du Président Macky Sall est incapable de respecter le protocole d’accord signé entre nos deux parties. Et c’est l’occasion aussi d’annoncer que le Cusems et le Sames ont décidé de mettre en place un front national des travailleurs pour l’équité et la justice sociale.».Et de poursuivre: «par rapport au dépôt de notre préavis de grève, dans cette alliance, le Sames compte dérouler un plan d’action laquelle, dans sa première phase, comporte 5 activités et ça c’est en interne. Dans notre secteur d’activité, c’est le boycott de toutes les activités financées par les partenaires autour du G50.»

«La deuxième action, ajoute-t-il, c’est notre participation à la marche nationale du 23 janvier 2018. Après cela, notre préavis a été déposé le 27 décembre, un mois après, s’il n’y a pas d’évolution , le Sames va décréter 72h de grève sur l’étendue du territoire à partir du 30 janvier.»

Pour sa part, le Secrétaire général du Cusems, Abdoulaye Ndoye a indiqué que «la santé et l’éducation sont des secteurs-clés et sensibles pour un pays. Mais ce sont les secteurs qui souffrent le plus. Les gens sont démotivés, démoralisés, les conditions de travail sont désastreuses. Le Sames et le Cusems unis, nous allons mener le combat.»

Pressafrik