Entre Abdallah Dionne et Mimi Touré : Qui pour diriger la liste de Benno Bokk Yakaar

A moins de quatre mois des Législatives de juillet 2017, c’est le temps des manœuvres et des positionnements. Du côté de la mouvance présidentielle, on assiste à un activisme fébrile de la part des différents acteurs. Déjà, la tête de liste de la coalition « Benno Bokk Yakaar » suscite beaucoup de convoitises. Deux noms sortent du lot : Mahammad Boun Abdallah Dionne et Aminata Touré.

 

 Le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne fait partie de ces responsables dont les noms sont régulièrement cités pour diriger la liste de « Benno bokk Yakaar ». L’homme est perçu comme un « fidèle serviteur » du président de la République et homme consensuel pouvant fédérer les responsables de la mouvance présidentielle autour de sa personne. C’est, du moins, ce que soutiennent ses défenseurs. Est-ce suffisant pour faire de lui, la tête de liste ? Si on interroge l’histoire récente de la politique au Sénégal, on se rend compte que de Senghor à aujourd’hui, les Premiers ministres ont souvent eu à diriger les listes de leur parti. L’exception renvoie a Ousmane Tanor Dieng, qui a été directeur de campagne sous Abdou Diouf en 2000, alors que ce dernier avait comme Premier ministre, Mamadou Lamine Loum.

Au sein de l’Apr, Boun Abdallah Dionne est considéré comme un nain en politique. Il fait partie de ceux que l’on qualifie de « militant de la 25e heure », pour avoir rejoint le navire il n’y a guère longtemps. Il s’y ajoute que, lors des locales de 2014 et lors des elections du HCCT en 2016, il a été battu à plate couture dans son fief de Gossas par Adama Diallo.

Boun Abdallah Dionne n’a pas encore fourni de valeur ajoutée à son parti, en matière électorale. Cette conjonction de facteurs fait que chez les « Apèristes », il n’est pas indiqué pour piloter l’avion électoral. Ainsi, Boun Abdallah Dionne ne semble pas bien parti pour briguer la tête de liste que lui récusent bon nombre de militants et responsables de l’Apr.

Mimi Touré en pole position

Depuis son éviction à la station primatoriale, Mimi Touré a été constante dans sa démarche et n’a pas changé d’un iota. Toujours prête à aller au front, face à l’opposition et aux forces sociales, l’Envoyée spéciale du Président Macky Sall s’est distinguée par son désir de faire vaincre l’Apr et son patron, dans tous leurs combats.

Aux élections locales de 2014, elle s’était présentée à GrandYoff face à un Khalifa Sall qui a 40 ans de militantisme avéré et qui, en sa qualité de maire de Dakar, disposait d’un budget de guerre énorme et bien ancré à son fief. Même si elle était Premier ministre, son objectif non déclaré était de tenter de limiter les dégâts et, au fil des années, réduire le gap qui l’a séparait de Khalifa Sall. Elle l’a fort bien réussi en remportant le référendum de 2016.

A cela, vient se greffer le fait qu’elle a été l’un des concepteurs de programme « Yoonu Yokuté », cheval de batail du candidat Macky Sall à la présidentielle de 2012. Elle a été aux côtés du Président Macky Sall aux premières heures de la « révolution », au moment où l’ex-maire de Fatick n’était pas « fréquentable ».

Formaté à la « sauce and jefiste », Mimi Touré est un orfèvre de la politique. Sa rentrée politique à Kaolack peut donner une bonne dose d’oxygène à la mouvance présidentielle. Une victoire de « Benno Bokk yakaar » dans le Saloum, aux législatives de 2017, augurerait d’une belle moisson à la Présidentielle de 2019. Mimi, bénéficiant d’une légitimité charismatique à bien des égards, est en pole-position. Il reste au Président Macky Sall de trouver la « dream team ».

La rencontre prévue, ce samedi, avec tous les leaders de la coalition « Benno bokk yakaar »sera décisive pour le sprint final de juillet 2017. Il s’agira pour le Président Macky Sall, de tempérer l’ardeur débordante du régiment des frustrés et de mettre tous les atouts de son côté.

Mais la question qui mérite d’être posée est celle-ci: que feront les partis, qui ont déjà choisi Moustapha Niasse comme tête de liste ? Reste à convaincre les partisans du président de l’Assemblée Nationale.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here