Contestations des investitures : A qui la faute?

J’avais décidé de prendre un break politique en ce mois béni de ramadan, hélas j’ai été rattrapé par l’actualité politique. En effet mon parti, l’Afp estime être frustré voir même humilié lors de la confection de la liste Benno.

Depuis 2014, nous n’avons cessé d’attirer l’attention de la direction nationale sur la situation du parti et BBY. Le malheur de l’Afp c’est le fameux comité de stratégie et d'(in)action (Csa) qui s’est substitué au bureau politique et constitué pour l’essentiel de responsables qui ont déserté leurs bases dès leur obtention d’un petit fromage et ceux espérant avoir de petits subsides.

A mon niveau je ne peux rien, absolument rien reprocher au Président en partant de la situation de l’Afp à Ziguinchor. Que méritons-nous à Ziguinchor, rien du tout. Les ziguinchorois peuvent-ils témoigner avoir assisté à une seule animation de l’Afp pendant ces 4 dernières années? Pourquoi investirait-on des hommes et des femmes qui dès leur investiture désertent leurs bases et fuient leurs militants comme de la peste.

Je l’ai clamé haut et fort, surtout en interne et en défenseur acharné de BBY et de la politique du Président de la République, qu’une coalition n’est pas un partage des dividendes et mieux en politique chacun doit se peser. La politique est un rapport de force permanent. Le gagner ensemble et gouverner ensemble suppose que chaque parti, chaque responsable, chaque militant apporte sa pierre à l’édifice, à la consolidation de la coalition.

Notre choix d’accompagner le Président et de rester dans BBY, il y’a aucun doute était pertinent et je l’ai défendu. Ceux qui l’avaient combattu, se sont aujourd’hui retrouvés dans d’autres coalitions, c’est leurs droits de ravaler tout ce qu’ils avaient vomi hier. Mais leur volonté était claire, fragiliser le gouvernement de BBY. Il nous fallait néanmoins en tant qu’Afp  massifier et consolider les bases de notre parti, au-delà des slogans et des communiqués des réunions de notre fameux CSA.

On ne peut pas déserter ses bases, devenir incolore, inodore et sans saveur et prétendre avoir la force de l’eau et se voir attribuer des place au détriment de ceux qui sur le terrain courtisent leurs militants. Tout le monde le sait et nous l’avons dit et répété certains ne peuvent pas tenir une assemblée de 30 personnes et je suis généreux. Notre Csa avait fait le choix, il était devenu un petit club d’amis où on se partage les prébendes. Certains sans honte ou toute honte bue, ont déclaré récupérer leurs investissements, tandis que d’autres avaient leurs yeux fixés sur leur plan de carrière. On peut tromper tout le monde en même temps mais pas tout le temps. Leurs mensonges sonnent aujourd’hui comme un effet de boomerang, laissant les militants orphelins d’un parti qui avait pris sa place dans notre landerneau politique et quelle place !

Nous n’avions rien, absolument rien tiré des élections municipales de 2014. Pourquoi avions-nous perdu Nioro, Badakhoune, Kaffrine ? Par naïveté et manque d’engagement. Où sont ceux qui criaient à hue et à dia faire un excellent travail à la base ?
Sur l’ensemble du département de Ziguinchor, nous n’avions eu que deux conseillers municipaux et surtout en coalition avec l’Ucs, car nous avions été zappés à l’époque par l’Apr. Des militants responsables avaient pris leurs responsabilités et avaient refusé le diktat de deux formations qui sont loin d’être plus représentatives dans le département.
Des responsables ont trompé le Sg lors de leurs différentes tournées à travers le pays. Des comptes rendus et résolutions fallacieux lui ont été donnés. Avec irresponsabilité, ils n’ont voulu gérer aucun contentieux, ils se sont complus à accompagner les déserteurs et pourquoi pas, parce qu’eux -mêmes ont déserté les bases. Et pourtant personne ne peut crier à l’Afp un manque de moyens. Le Sg a mis à la disposition du parti des moyens matériels, financiers considérables mais aussi son expertise politique. Hélas, certains esprits ont cru que le fruit était trop juteux pour être partagé. Leur sport favori : Le jeu des coudes.

Nous avons même assisté à des comportements méprisants, irrévérencieux. Ils n’ont pas dit la vérité au Sg, qu’ils en assument aujourd’hui toute la responsabilité.
A chaque situation politique, nous avons su prendre nos responsabilités c’est dans ce sens qu’ils ne comptent pas sur nous pour un clash. Nous restons fidèles aux idéaux qui nous avaient fait  engagés à l’Afp: le développement économique et social de notre pays. Nous avions choisi l’espoir !
Ousmane N’DIADE
Responsable à la vie politique
de la coordination Afp/Ziguinchor

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here