Concert de soutien à la chanteuse, « Amie » de plusieurs leaders d’opinion

« L’Histoire engendre les hommes dont elle a besoin », laisse méditer le philosophe Hegel. Dans les mémoires de Charles de Gaulle, cela donne ceci : c’est la disposition extraordinaire des circonstances qui a attaché la date du 18 juin au destin d’un homme. N’y a-t-il pas à travers l’Histoire beaucoup de Robespierre ? Il a fallu la Révolution française pour que Robespierre apparaisse. Que serait Marilyn Monroe si Kennedy n’existait pas ?
Au Sénégal, on aurait voulu avoir des stars par leur force de propositions, sortir des urnes au soir du 30 juillet 2017. M’enfin ! « Il est plus facile de voir un chameau passer par le chas d’une aiguille que de découvrir un grand homme au moyen d’une élection », dixit le trop controversé Adolph Hitler.
Non moins controversés, Penda Ba, Amy Collé Dieng et Assane Diouf sont les révélations des dernières élections. Avec des infortunes diverses. Assane Diouf est voué aux gémonies par le « Macky » ; Penda Ba a manqué d’ouvrir la boite de Pandore ethniciste ramant à contre-courant de ce commun vouloir de vie commune, qui est l’autre legs inextinguible de l’Immortel Léopold Sédar Senghor, imitant en cela les fondateurs des grandes confréries. Amy Collé Dieng aurait débité des insanités constitutionnellement prohibées sous la tente, alors que le petit maure tendait l’oreille en tapinois.
Si pour les deux premiers l’opinion est moins solidaire, la chanteuse remporterait un Disque d’Or si sa sortie, un brûlot d’été de la trempe des naguère best-sellers de Latif Coulibaly, était un album. De Alioune Tine, au maire de la Médina Bamba Fall, en passant, par les rappeurs Gaston, Fou Malade, Didier Awadi… tout le monde chantonne le tube de la clémence. A ce rythme, l’affaire va devenir une véritable patate chaude entre les mains de Dame Justice. A moins que cette dernière ne répète encore : « Dura lex, sed lex » (la loi est dure, mais c’est la loi ». Nécessité ferait loi ! Circonstance atténuante : tout le monde n’est pas au courant que le « Net n’est pas si net ». En pareille occurrence, la prévention est plus efficace que la répression, comme le suggèrent des spécialistes bien en ligne.
Cette affaire Amy Collé Dieng est en train de diviser l’opinion au Sénégal, entre pro et anti, comme ce fut le cas outre-océan avec  l’affaire Dreyfus. Pour d’aucuns, elle a parlé en privé ; pour d’autres toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, même en privé. Un vrai cas d’école ! Et si cent écoles devaient rivaliser ? Et si cent fleurs devaient s’épanouir ?
Notre démocratie tropicale, mère de trois alternances entre 1951 et 2012, doit continuer à porter la marque de notre sens légendaire de la Téranga. Pays de tolérance, le Sénégal, composé à 95 % de musulmans a pour premier président de la République un chrétien, bénéficiant du soutien total des plus hautes autorités religieuses du monde islamique. Il fut tour à tour dirigé par un sérère entier ; un autre mi-sérère, mi al pular ; un wolof du nord aux attaches sudistes et présentement, un toucouleur, qui a grandi sur les berges du fleuve Sine.
Ce melting-pot n’existe qu’aux Etats Unis d’Amérique et a créé le plus puissant Etat au monde. Pourquoi pas nous qui aspirons à l’Emergence projetée à l’horizon 2035. Yes We can !