Ces effets dévastateurs de WhatsApp, Facebook, Twitter…

ANNONCE

Le Fondateur des SecurityDays met les pieds dans le plat. Sidy Mactar Aïdara, Ceo Kubuk, expert en cyber sécurité en cyber strétégie et non moins initiateur du projet « Parlonscyber, dans un entretien avec Senego, s’offusque, entre autres, de l’utilisation  irresponsable de Internet à travers les réseaux sociaux.

Internet menace-t-il  le monde?

Internet est devenu aujourd’hui un outil incontournable. Cependant, une utilisation irresponsable de celui-ci à travers les réseaux sociaux est constatée quotidiennement avec WhatsApp, Facebook, Twitter… comme supports de menaces et d’injures envers des institutions et citoyens mais aussi comme moyens de recrutement et de propagande pour les organisations criminelles.

A cela s’ajoutent des cybermenaces contre les réseaux industriels et étatiques avec des effets dévastateurs sur les économies de nos Etats constitués de PME /PMI.

Il ne se passe plus un jour sans que de Fakes news, commentaires inappropriés, images ou vidéos truquées au fort potentiel de nuisance soient déversés sur les réseaux sociaux.

A l’ère de web 2.0, les hommes sont-ils devenus fous et irresponsable au point de déverser toutes leur vie sur la toile ?

La grande majorité de la population ignore que les informations partagées (images, vidéos, commentaires, audio) via les plateformes sociaux s’y demeurent à jamais et pourraient non seulement être utilisées contre elle, mais voire nuire et compromettre leur vie familiale ou professionnelle.

Les citoyens ignorent que toute leur vie numérique peut être profilée, ciblée et utilisée à des fins diverses par  les Etats, les organisations criminelles, les Gafa….

Don, on doit faire attention surtout pour les jeunes d’aujourd’hui qui sont les dirigeants et responsables de demain.

Et quelle est la responsabilité des autorités et des parents…?

Les  autorités centrales sont interpellées et de même que les parents. Les autorités devraient mettre des stratégies de sensibilisation envers la population et plus particulièrement envers la jeunesse qui une ressource capitale pouvant basculer dangereusement sur l’une des côtes de l’internet. Et les parents doivent être vigilants sur la vie numérique de leurs enfants.

Encore une fois, Internet et le numérique constituent des ressources formidables à la disposition des populations et des Gouvernements. L’outil en tant que tel reste de un élément de développement extraordinaire pour les Etats qui comprennent et anticipent ses enjeux, seulement, l’utilisation qu’on en fait pose généralement problèmes.

Vous en tant qu’expert des réseaux sociaux que faites-vous pour éviter le pire…?

Ayant compris les enjeux que constituent une mauvaise appréhension de ces services et technologies qui sont à la portée de tout le monde, le Cabinet Kubuk en partenariat avec le ministère des Postes et télécommunications et de l’Economie numérique, la Police, la Commission de protection des Données personnelles et Gaïndé 2000, a initié la campagne de Sensibilisation à la Cybersécurité et aux bons usages du Numérique à destination de la Population sénégalaise  pour une Cyberculture sûre et maîtrisée. Et ParlonsCyber, constituera le premier jalon de la Stratégie nationale pour la Cybersécurité 2022 du Sénégal (Snc).

Quelles sont les populations cibles ?

L’objectif secondaire est de reproduire à partir de 2019 ce projet Sénégalais dans tous les pays de l’espace francophone. Globalement, ce projet permettra aux catégories ciblées (Grand public, Etudiants, Organisations publique/privées) de pouvoir utiliser dans leur quotidien ou dans le cadre de leurs activités, les services offerts par les formidables outils Numériques et les Technologies de façon réfléchie  tout en se protégeant des cybermenaces qui n’épargnent aucun Etat.

De façon spécifique il permettra d’appréhender la perception des entreprises sur la protection des données informatiques, communiquer vers le grand public les bons comportements à avoir sur internet et les réseaux sociaux, accompagner les Etudiants vers une E-réputation, donner les bonnes pratiques relatives aux comportements dans les lieux publics, à la lutte contre l’ingénierie sociale, accompagner vers une utilisation responsable de l’Internet et des réseaux sociaux, intégrer une cyberculture sénégalaise sûre et responsable et d’éduquer les cadres en matière de sécurité des usages numériques

Votre dernier mot M. Aïdara…

Inévitablement, nous irons vers une société où le numérique sera incontournable. Cette révolution du numérique draine un ensemble de problématiques que les Etats doivent appréhender en les anticipant. Et la meilleure façon de le faire est la sensibilisation des populations.