Biram FAYE, DG AEME «L’utilisation rationnelle de l’énergie est une donnée fondamentale du PSE»

L’Agence pour l’Economie et la Maitrise de l’Energie(AEME) a entamé
depuis quelques temps une vaste campagne de sensibilisation sur les
différentes formes d’économie d’énergie dans les foyers sénégalais. Après
l’étape de Dakar, Thiès et Mbour, la vielle ville a accueilli l’équipe de
l’AEME, avec à sa tête, son Directeur Général, Biram Faye.

Au cours de son séjour à Saint-Louis, le Directeur Général de l’AEME, a été
reçu par toutes les autorités locales, coutumières, religieuses et administratives.
Partout, où l’équipe de l’AEME est passée, le message a été le même : le
gaspillage de l’énergie coûte cher à l’Etat, mais aussi aux ménages. Tous
s’accordent à dire qu’il faut changement de comportement pour amener les
Sénégalais à prendre conscience des enjeux de la maitrise de l’énergie.

Parce qu’il y va pour le devenir du Sénégal. Surtout dans un contexte ou le pays
tend vers l’émergence. Dans ce sens, l’AEME a organisé des foras, des causeries
dans les écoles, les quartiers et lieux publics de Saint-Louis, pour expliquer à la
population locale l’importance de la consommation rationnelle de l’énergie.
«L’énergie est une donnée fondamentale dans le PSE. Notre objectif avec les
Lampes à Basse Consommation, c’est d’économiser l’équivalent d’une centrale
de 68,7 mégawatts», indique Birame Faye.

​«Nous avons deux objectifs qui nous sont fixés par l’Etat du Sénégal, à savoir
travailler à réduire les factures de façon globale, parce que le président Macky
Sall a placé son mandat sous le sceau de la rupture et de la rationalisation des
dépenses publiques», a expliqué M. Faye, estimant que "beaucoup d’efforts ont
été consentis".

Dans le cadre de cette vision du chef de l’Etat, l’AEME travaille à réduire les
factures de façon globale et la facture publique de l’électricité de l’Etat du
Sénégal à hauteur de 10 à 15%, a indiqué son directeur, relevant que cette
facture est estimée à 30 milliards de francs CFA.

En effet, le programme mis en œuvre notamment dans le cadre de la correction
des anomalies administratives a permis de faire des économies, sur trois mois
seulement, à hauteur de 450 millions de francs CFA, avec un investissement de
moins de 200 millions de francs CFA.

A terme, c’est 1,5 milliards de francs CFA qui sont économisés par an dans le
cadre de la diminution de la facture de l’Etat et dans le cadre de la correction
seulement des anomalies administratives.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here