Autoroute Ila Touba : Les ouvriers dénoncent de «l’esclavagisme moderne»

Les ouvriers travaillant sur le chantier de l’autoroute  Ila Touba crient leur ras-le-bol. Ils ont profité de la visite d’un groupe de députés hier, jeudi 9 février, pour signaler que «les conditions de travail sont difficiles» sur le chantier. L’un d’entre eux, Souleymane Dieng, estime qu’ils sont soumis à de «l’esclavagisme moderne».

Il détaille : «Le salaire de base pour un conducteur d’engins 5e catégorie est de 76 mille francs CFA, alors qu’on vient au travail à 7h du matin et on rentre à 18h30mn. C’est inhumain. On nous sert mises à pied sans demandes d’explications pour (le) simple (fait) (de) mal gar(é) un véhicule.»

Message reçu, selon le président du groupe parlementaire Benno bokk yakaar (majorité), Moustapha Diakhaté, qui conduisait la délégation parlementaire. «Soyez rassurés ! a-t-il soufflé devant les ouvriers. Nous allons porter au plus haut niveau vos préoccupations pour qu’on leur trouve, le plus rapidement possible, des solutions.»

 

(Source : Enquête)