Aliou Sall à la tête de la CDC…L’argent des organismes est il entre de bonnes mains?

Alors qu’il avait promis de ne jamais confier à son frère Aliou Sall un poste nominatif, le président de la République a renié, hier, son engagement. Il a nommé le maire de Guédiawaye directeur général de la Caisse des dépôts et consignations.

 

On ne le dira jamais assez, Macky Sall est un vrai disciple de Me Wade. Chez ce dernier, il a appris l’art de manœuvrer, mais aussi celui de se dédire. Ainsi, après avoir seriné sur tous les toits que tant qu’il sera président de la République, son frère ne  va jamais bénéficier d’un poste nominatif, il a opéré un virage à 180 degrés. ‘’Si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de société privée, c’est parce que je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonction, qu’il ne bénéficierait jamais, de ma part, d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal (Wade père et fils) et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme’’, disait-il dans un entretien accordé en décembre 2016 au magazine ‘’Jeune Afrique’’.

Pourtant, en moins d’un an, le chef de l’Etat vient, une nouvelle fois, de se dédire puisqu’hier, il a nommé son frère Aliou Sall, lors du premier Conseil des ministres consacré à la rentrée gouvernementale. Le président Sall a offert à son frangin le juteux poste de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations  (CDC) en remplacement de  Thierno Seydou Niane. Une nomination qui va certainement susciter un concert de récriminations, si l’on sait que la Caisse des dépôts et consignations constitue le bras financier de l’Etat. S’y ajoute le tollé soulevé dernièrement avec l’affaire Petro-Tim. D’ailleurs, cette situation avait poussé Aliou Sall à démissionner, en octobre dernier, de son poste d’administrateur de Pétro-Tim Corporation Sénégal. Toutefois, il avait décidé de rester à Timis Group où il occupe désormais le poste de directeur marketing Afrique.

‘’Je remercie tous les amis et parents qui me soutiennent dans cette campagne de diabolisation dont je suis victime. Pour mettre à l’aise le président de la République, j’ai démissionné de mon poste d’administrateur de Timis Corporation Sénégal’’, se justifiait Aliou Sall à travers un communiqué.

Ainsi, après le pétrole, le président de l’Association des maires du Sénégal sera à nouveau au cœur d’une polémique qui a pour soubassement l’argent. En effet, selon des informations glanées sur son site Internet, la CDC se substitue au Trésor public dans la réception et la gestion des dépôts et consignations des organismes et des particuliers, ainsi que la garde des fonds disponibles de la Caisse nationale d’épargne (CNE).

De plus, pour lui permettre de contribuer de manière plus significative à l’effort de financement de l’économie, le législateur l’a habilitée à gérer notamment des Fonds de retraites ou d’assurances, notamment le Fonds national de retraites, des dépôts de garantie constitués par les usagers auprès des grands concessionnaires de service public. Elle est également mandatée par l’Etat pour recevoir, dans des conditions de sécurité absolue, les dépôts d’un certain nombre d’officiers ministériels et d’auxiliaires de justice.

Plus de 60 milliards injectés  dans le financement de l’économie

La CDC assure la sécurité, la transparence et la neutralité nécessaires à la protection des fonds de tiers. La même source de préciser que la CDC est définie comme un banquier du service public de la justice, puisqu’elle reçoit les dépôts d’un certain nombre d’officiers ministériels et d’auxiliaires de justice. Elle participe également au financement de l’économie.

Selon des informations disponibles sur le site de l’institution, depuis le démarrage de ses activités en juin 2008, la CDC a injecté plus de 60 milliards dans le financement de l’économie, à travers notamment ses interventions au profit des PME et des projets structurants. De plus, elle a régulièrement participé aux appels publics à l’épargne (APE) émis par l’Etat du Sénégal sous forme de bons et obligations du Trésor. Le montant de ses participations aux APE entre 2012 et 2014 dépasse les six milliards (6 000 000 000) de francs CFA.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here