Aliments et médicaments : les mauvais mariages

ANNONCE

Lorsque vous composez vos repas, tenez-vous compte des médicaments que vous prenez ? Non ? Vous feriez bien pourtant, car certaines associations aliments-médicament peuvent entraîner bien des problèmes… A lire avec attention si vous prenez des statines, des antidépresseurs, des anticoagulants oraux, certains antibiotiques…

On ne le suppose pas, mais le pamplemousse est le champion de la contre-indication.

Pamplemousse et médicaments anticholestérol ne font pas bon ménage

La consommation de pamplemousse est fortement déconseillée avec de nombreux médicaments car cet agrume contient des substances qui augmentent l’absorption de certaines molécules par l’intestin entraînant un surdosage. Les risques sont suffisamment importants pour que le jus de pamplemousse, très consommé au petit déjeuner, a fait l’objet de mises en garde scientifiques de la part des autorités américaines et françaises du médicament.

Faites particulièrement attention si vous prenez un traitement destiné à calmer les irritations de l’œsophage (cisapride), des immunosuppresseurs (tacrolimus, ciclosporine) ou des médicaments anti cholestérol (Simvasmatine,  atorvastatine). Associé à la prise de cisapride, le pamplemousse peut provoquer une forte augmentation du rythme cardiaque.

Quant aux médicaments anticholestérol, leur concentration dans le sang peut être multipliée par quinze par le pamplemousse et attaquer les muscles. Ce risque accru de lésions hépatiques et musculaires peut conduire à une insuffisance rénale.

Comme les autres agrumes, le pamplemousse réduit l’efficacité de l’aspirine.

Produits laitiers : pas avec les antidépresseurs ou les antibiotiques

Si vous êtes accroc au camembert et que vous prenez des antidépresseurs ou un antibiotique (du linézolide par exemple), il vous faudra peut-être choisir.

Les fromages fermentés sont en effet déconseillés avec la prise d’antidépresseurs contenant de l’iproniazide. Ces fromages contiennent un composé chimique, la tyramine (que l’on retrouve aussi en forte concentration dans la choucroute, la sauce soja et même la bière et le vin rouge) qui, associée à ces médicaments, peut provoquer des crises d’hypertension.

Quant au lait, il réduit l’action de certains antibiotiques (tétracycline, ciprofloxacine). On le soupçonne, en plus, de limiter l’efficacité de l’aspirine en favorisant son élimination.

Légumes et anticoagulants : le mélange à éviter

Le brocoli, le chou, les épinards, la laitue, l’avocat ne s’accordent absolument pas avec les traitements anticoagulants oraux. La richesse en vitamine K (la vitamine de la coagulation) de ces végétaux réduit l’efficacité de ces médicaments, au point de pouvoir favoriser des caillots. Ne consommez pas plus d’une portion par jour de l’un de ces légumes si vous êtes en traitement.

Quant au thé vert, c’est l’inverse. Véritable anticoagulant naturel, son action renforce celle des médicaments anticoagulants et est susceptible de déclencher une hémorragie.

Enfin, le brocoli, par ailleurs si bénéfique à la santé, limite fortement l’efficacité du paracétamol.

Caféine et médicaments : la mauvaise association

Qu’elle provienne du café, du thé (théine) ou des boissons au coca, la caféine augmente l’absorption du paracétamol, dont le surdosage peut provoquer une hépatite.

La consommation de caféine est également à éviter si vous prenez certains antibiotiques à base d’énoxacine, de ciprofloxacine ou de norfloxacine.

De plus, si la caféine augmente l’effet de certaines molécules, elle réduit en revanche l’efficacité des traitements contre l’ostéoporose.

Enfin, elle s’accorde également très mal avec les médicaments contre l’asthme qui contiennent de la théophylline. Suées, palpitations peuvent ainsi apparaître si vous associez les deux.